In Memoriam Louise Merzeau

Il nous aura fallu du temps pour admettre que Louise n’animerait plus les travaux et la communauté réunis dans et par ce blog. Suivant une hospitalisation en urgence, Louise a en effet été emportée dans la nuit du 14 au 15 juillet alors qu’elle avait mille projets en cours ou à venir. Elle manque cruellement.


Le 30 juin dernier, elle avait introduit notre deuxième séance du « Lab InaDLWeb », Twitter & FakeNews en période électorale, avec l’art maîtrisé de la dialectique, le goût de l’échange et l’appétit de découvertes que nous lui connaissions.

Plus qu’une chercheuse, Louise fut une découvreuse, une défricheuse et une éclaireuse de ces territoires, toujours  nouveaux, que révèlent les technologies et pratiques médiatiques.

Enthousiaste, engagée, généreuse… les adjectifs se bousculent et les hommages formulés par les amis et collègues sont unanimes pour saluer un talent exceptionnel de médiatrice et rassembleuse. Si nous nous sentons désemparés et orphelins, il nous appartient désormais collectivement de faire vivre sa mémoire dont les traces, comme des cailloux semés, tissent les fils d’une oeuvre immense et pionnière.

Sur ce blog, la voix claire de Louise introduit et anime chacune des séances des ateliers dont elle a été pendant 6 années la pilote scientifique. Nous avons par ailleurs remonté un entretien inédit de 2014 où elle posait les fondements et fondamentaux du web archivé et de ses usages à des fins de recherche.

C’est ainsi que nous clôturons ce blog qui restera, trace parmi les traces, le témoignage d’une collaboration féconde et d’une profonde amitié. Un écho aussi de sa pensée en mouvement, dont Daniel Bougnoux, son collègue et ami, livre quelques clés dans deux magnifiques billets.

A compter de ce jour, c’est le carnet Hypothèses de l’Inathèque  qui prendra le relais de diffusion des informations consacrées à l’archive web de l’Ina.

Merci pour tout Louise…

 

La bannière de ce blog est un montage réalisé et offert par Louise 

Share
Ce contenu a été publié dans Louise, séance, Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *